Correspondance européenne | 250, Grande Bretagne

Imprimer cette page

Grande-Bretagne : l’imam Ken Livingstone

« Je vais faire de Londres un phare de l’Islam ». Qui a prononcé cette phrase n’est ni le chef d’un groupe musulman radical, ni un imam favorable au djihad, mais Ken Livingstone, également connu sous le nom “Red Ken” (Ken le Rouge) pour ses sympathies gauchistes, ancien maire de Londres et maintenant candidat “travailliste” au poste de maire de Londres. Dans un discours prononcé vendredi 16 Mars dans la North London Central Mosque, également connue sous le nom de mosquée de Finsbury Park, “Red Ken” s’est dit déterminé à « éduquer la masse des Londoniens sur les véritables enseignements de l’Islam ».

Pour avoir une idée du lieu choisi par Livingstone pour son discours-sermon, il faut juste savoir que la mosquée de Finsbury Park a été contrôlée jusqu’en 2003 par Abou Hamza, connu pour avoir recruté un grand nombre de terroristes, et est maintenant dans les mains de la Muslim Association of Britain, liée aux groupes de Hamas, dont le porte-parole, Azzam Tamimi, a été poursuivi en justice pour apologie des attentats suicides. L’un des administrateurs actuels de la mosquée, Mohammed Sawalha, a confirmé la légalité des attaques contre les alliés d’Israël, y compris les militaires de l’armée britannique.

Dans son rôle d’imam d’honneur, Livingstone s’est adressé aux fidèles musulmans réunis dans la mosquée en décrivant les paroles prononcées par Mahomet dans son dernier sermon comme « un ordre du jour pour toute l’humanité ». D’où sa promesse: « J’ai l’intention de passer les quatre prochaines années à m’assurer que tous les non-musulmans de Londres comprennent les mots et le message de ce sermon de Mahomet, car cela va aider notre ville à devenir un phare capable de montrer au monde le sens des paroles du Prophète ».

Et pour ne pas nier sa nature de vrai politicien, il a ajouté la promesse de rendre la vie de la population musulmane « un peu plus facile d’un point de vue financier ». Il faut tout de même admettre que sur ce point les musulmans de Londres ont déjà connu la fiabilité de Livingstone. Lors de son précédent mandat en tant que maire, “Red Ken” avait financé, par le biais de la London Development Agency, pour des centaines de milliers de livres, la East London Mosque de Tower Hamlets, contrôlée par le groupe extrémiste Islamic Forum of Europe (IFE) , qui soutient ouvertement le jihad, revendique la sharia, et encourage la création d’un « ordre social et politique islamique » en Grande-Bretagne.

En contrepartie, les militants de l’IFE ont soutenu Livingstone lors de sa dernière campagne électorale en 2008, celle qu’il a perdu contre le maire actuel Boris Johnson. A la tête de la commission électorale Muslims 4 Ken, il y avait Azad Ali, directeur de l’IFE accusé publiquement par le “Daily Telegraph” d’avoir loué, dans le blog officiel de l’association, un des plus grands mentors d’Oussama ben Laden, d’avoir décrit al Qaida comme un « mythe », et d’avoir justifié l’assassinat de soldats britanniques en Irak.

Toujours en tant que maire, Ken Livingstone a accordé des subventions publiques pour des milliers de livres à la Muslim Welfare House, une association proche de la mosquée de Finsbury Park, qui, en reconnaissance de ce geste, a signé une lettre ouverte en appui de sa campagne de 2008. (G. A.)