Correspondance européenne | 252, Allemagne

Imprimer cette page

Allemagne : pèlerinage de la Tradition à Trèves

 À l’occasion du 500ème anniversaire du premier pèlerinage que l’Empereur Maximilien I fit à Trèves pour vénérer la Sainte Tunique, l’Église a fixé une ostension extraordinaire qui a eu lieu du 13 avril au 13 mai dernier. La Sainte Tunique est une des reliques les plus précieuses pour les Chrétiens car c’est le vêtement porté par Jésus au Calvaire et tiré au sort entre les soldats chargés de son exécution. Découverte par sainte Hélène lors de son séjour en Palestine, elle en fit cadeau à saint Agricius, à l’époque évêque de Tréves, résidence des empereurs d’Occident et l’une des villes alors les plus importantes de l’Empire.

Dans le message transmis par Benoît XVI à l’actuel évêque de Trèves, Mgr. Stephan Eckermann, nous lisons: « Pendant ces jours, dans la grande cathédrale de Trèves, a lieu l’ostension de la Sainte Tunique, exactement cinq cents ans après sa première apparition en public réalisée par l’Archevêque Richard von Greiffenklau, selon le souhait de l’Empereur Maximilien I, au moment de l’inauguration de l’autel majeur. En cette occasion si spéciale, je deviens moi-même, en esprit, pèlerin de l’ancienne et vénérable ville de Trèves, pour m’unir à la foule de fidèles qui, dans les prochaines semaines, participeront au pèlerinage à la Sainte Tunique ».

Le samedi 21 avril avait été réservé aux fidèles liés à l’ancien Rite Romain, conformément au Motu Proprio Ecclesia Dei, promulgué par Jean Paul II en 1988. Presque 3 000 personnes, venant surtout de l’Allemagne, mais aussi d’autres pays européens, ont participé à l’évènement.

La journée a commencé avec une solennelle Messe pontificale de rite tridentin célébrée par S. Emin. le cardinal Walter Brandmüller, Président Honoraire du Comité Pontifical des Sciences Historiques, dans la Basilique Impériale de Saint Maximin, une ancienne abbaye bénédictine réalisée au VI siècle sur une église précédente d’époque constantinienne, malheureusement aujourd’hui sécularisée.

La Basilique a été rouverte pour l’occasion. La liturgie a été dirigée par les prêtres de la la Fraternité Saint Pierre et accompagnée d’un superbe cœur polyphonique. Dans le presbytère était présent l’évêque diocésain, Mgr. Ackermann, qui a salué les pèlerins.

Au moins une centaine de prêtres et séminaristes ont participé à la célébration. Ce qui était frappant c’était leur jeune âge, très en contraste avec le clergé diocésain – pas seulement de Trèves – qui, au contraire, était d’un âge avancé.

Dans son homélie, le cardinal Brandmüller a souligné comment, malgré l’impossibilité d’établir avec une certitude scientifique l’authenticité de la relique, celle-ci reste un signe providentiel de la présence de Dieu parmi nous, ainsi qu’un point de repère de la tradition catholique allemande et, en conséquence, de celle européenne.

Après la messe les fidèles en procession ont traversé les rues du centre-ville pour se rendre à la Cathédrale où l’on a pu vénérer la Sainte Tunique.

Dans l’après-midi, de nouveau dans la Basilique Impériale de Saint Maximin, les Vêpres solennelles dirigés par les prêtres de l’Institut du Christ-Roi Souverain Prêtre ont conclu cette superbe journée de foi. (“Radici Cristiane”, n. 75, juin 2012).