Correspondance européenne | 254, UE

Imprimer cette page

UE : la création monétaire via l’ELA

Un mécanisme peu connu de la finance européenne autorise les banques nationales de la zone euro de faire « tourner la planche à billets » pour des raisons de besoin urgent au niveau national. Ce programme, mis en lumière par Valentin Petkantchin de l’Institut économique Molinari, s’appelle « soutien d’urgence à la liquidité » ou « Emergency Liquidity Assistance » ou encore ELA. Ceci peut sembler en parfaite contradiction avec les principes de la BCE, mais sert en fait de soupape discrète pour les besoins des Etats-membres.

Ainsi, depuis l’éclatement de la crise, la Banque nationale de Belgique et la Bundesbank auraient injecté respectivement 51,3 milliards et 38 milliards d’euros dans leur économie. L’Irlande aurait utilisé ELA pour aider ses banques en 2009 en créant 49 milliards d’euros en décembre 2010. Plus récemment, entre 121 et 184 milliards d’euros auraient été injectés dans l’ensemble de la zone euro en avril 2012, dans la plus totale opacité.

On sait que « dans le dernier bilan mensuel publié de la Banque nationale de Grèce (en date du 30 avril 2012) la rubrique 6 fait un bond extrêmement important (…). La différence à ce titre par rapport au bilan de mars 2012 — soit plus de 59 milliards d’euros — correspond sans doute au montant de l’ELA grecque déclaré au 30 avril (ce montant peut bien sûr avoir été différent juste avant ou après cette date). De même, l’Irlande continue en toute vraisemblance à y avoir recours pour près de 41 milliards. Enfin, Chypre, qui s’apprête à demander à son tour l’aide financière de la zone euro, aurait également déjà fait tourner sa « planche à billets » pour 3,8 milliards d’euros » (IEM, 18 juillet 2012).

Ce mécanisme de création monétaire, s’il s’avère exact qu’il est employé ainsi, permettrait que les liquidités coulent à flot vers les banques commerciales de la zone euro. Cela constitue une inflation significative de la masse monétaire en circulation et met à risque le pouvoir d’achat des Européens utilisant la monnaie unique. (C. B. C.)