Correspondance européenne | 255, Allemagne

Imprimer cette page

Allemagne: des quartiers entiers sans églises

En Allemagne, la déchristianisation a lieu à travers l’architecture: c’est le site d’information catholique “Kreuz.net” qui sonne l’alarme. Dans l’édition en ligne du 18 août, l’on souligne avec inquiétude que dans les nouveaux quartiers allemands il n’y a – incroyablement – plus de place pour les églises. Elles n’ont plus du tout été ni conçues ni prévues, comme si elles avaient été exclues de villes. Et l’on cite un article du journaliste Dankwart Guratzsch, paru dans les pages culturelles du journal “Die Welt”, où l’on fait des exemples concrets: à Stuttgart, une fraction de 12 000 habitants a été construite sans église ; à Hambourg, un nouveau centre de 12000 habitants est aussi sans église, et même, 19 églises ont été fermées, probablement parce qu’elles étaient un obstacle à l’accomplissement du nouveau développement urbain. Soudainement, elles ont disparu.

Le prétexte est l’absence de demande, et que personne ne les auraient prétendues ou revendiquées. Mais du moment que certains se sont quand même plaints, une solution a été trouvée pour les contenter: équiper de façon approximative une petite chapelle avec une trentaine de chaises en tout, placée au rez-de-chaussée d’un bâtiment gris, où il y a uniquement des bureaux. En fait, on ne peut pas penser à des simples fautes d’étourderie ou à des innocentes interventions pour maîtriser la situation: il est clair que tout ceci a été planifié avec attention, dans le but de se débarrasser des signes de la foi. Et ceci de façon méthodique, cruelle, impitoyable. « Bâtir des églises signifie construire une communauté – dit le journaliste Guratzsch –. Lorsque les croyants sont privés d’un témoignage visible, la reconnaissance publique de leurs valeurs s’affaiblit et perd son efficacité,  même à leurs yeux ».

Ce concept a déjà été illustré dans le passé: le 8 juin 2005 à Rome, dans le Palais Doria-Pamphili, le Card. Mauro Piacenza, Président de la Commission Pontificale pour les Biens culturels de l’Eglise, a déclaré lors d’un rapport: « La construction d’une l’église est un événement ecclésial, parce qu’il est le symbole de la construction de la communauté chrétienne, qui est l’avant-goût des réalités célestes ».

Guratzsch, dans son article, rappelle comment au temps de la RDA, l’Allemagne communiste, il se passait la même chose: les églises étaient démolies, pour humilier, heurter, isoler la religion et inculquer l’athéisme. Avec une différence: à cette époque c’était l’idéologie qui gouvernait, le pouvoir étant entièrement entre les mains des persécuteurs des chrétiens. Mais aujourd’hui, pourquoi n’y a-t-il pas de voix dissidentes? Où sont les voix des fidèles, où sont les voix de nos pasteurs, souvent si sensibles à tant d’autres questions mais apparemment pas à la Maison de Dieu? Les paroles du Christ résonnent: « Quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre? » (Luc 18, 8). (M. F.)