Correspondance européenne | 272, Syrie

Imprimer cette page

Syrie: l’agonie des chrétiens

“Historia Magistra Vitae”: même les proverbes aujourd’hui sont dépassés. Et il ne s’agit pas d’une histoire lointaine qu’il faut étudier pour connaître. C’est une histoire toute récente, d’il y a quelques mois. Ce sont les événements qui ont suivi le soi-disant “printemps arabe” qui a investi les Pays de l’Afrique du Nord.

Mais cela n’a rien appris à nos gouvernants et Obama et Hollande insistent dans leur folle stratégie d’aider les rebelles syriens qui veulent renverser le gouvernement d’Assad, ces mêmes rebelles qui sont en train de chasser tous les chrétiens dans la partie du Pays qui tombe sous leur contrôle.

La dernière ville qui a capitulé, en ordre de temps, est celle de Maaloula, village de 5.000 âmes situé à 55 km au nord de Damas, l’une des plus célèbres localités chrétiennes de Syrie dont les habitants sont les seuls qui parlent encore l’araméen, la langue de Jésus-Christ. Après de violents combats, la ville a capitulée le 8 septembre dernier.

Le patriarche mélquite Grégoire III Laham a lancé un appel en expliquant que l’attaque à la cité de Maaoula est «une blessure profonde, le comble de notre souffrance, pour la valeur historique, culturelle et spirituelle que le lieu représente pour tous les Syriens» (“Fides”, 6 septembre 2013). Les rebelles on tué nombre de chrétiens dont les cadavres sont laissés dans la rue, en signe d’avertissement, et ont détruit les Croix des coupoles des églises, affirme un prêtre de la communauté, ce qui revient à lancer un message bien précis contre les chrétiens: «leur tour est arrivé» (“Asianews”, 6 septembre 2013).