Correspondance européenne | 286, États Unis

Imprimer cette page

États-Unis : les presbytériens “s’ouvrent” au mariage homosexuel

les presbytériens “s’ouvrent” au mariage homosexuel“Tournant” historique pour la confession presbytérienne des États-Unis : l’Assemblée Générale, qui s’est conclue à Détroit, a approuvé à une large majorité le fait d’accorder à ses propres pasteurs la célébration de mariages entre les personnes de même sexe, du moins dans les États où il est permis par la loi.

La décision choc fait donc suite à une autre, déjà adoptée en 2010, par laquelle avait été supprimé la “clause” qui imposait aux pasteurs de pratiquer la fidélité dans le mariage ou la chasteté s’ils étaient célibataires. Cela avait provoqué alors un exode de masse de la part d’un bon nombre resté fidèle aux «origines». Et maintenant, un phénomène similaire semble concrètement se profiler à l’horizon, après ce dernier coup porté à la « tradition ».

“Nouveautés” qui ne semblent pas faire du bien au monde protestant : les presbytériens s’unissent en fait au destin funeste et fragile de ceux qui suivirent la Réforme. Sans surprise, les dernières statistiques montrent une forte baisse du nombre des fidèles : 89 296 de moins en 2013, à ajouter encore aux 102 791 perdus en 2012. Aujourd’hui 1 760 200 adeptes adhèrent à la communauté presbytérienne des États-Unis, mais, si le rythme actuel se poursuit, ils pourraient littéralement disparaître d’ici deux décennies.

Selon le président de l’IRD, Institut sur ​​la Religion et la Démocratie, Mark Tooley, en permettant aussi le mariage homosexuel, les presbytériens auraient signé leur propre condamnation et accéléré leur disparition : «Qui peut respecter une église qui fait écho aux rumeurs du monde laïque ? », a-t-il demandé. Mots sur lesquels devrait aussi réfléchir le monde catholique…