Correspondance européenne | 287, Culture

Imprimer cette page

Culture : l’Université d’été de Renaissance Catholique

renaissance-catholiqueDu 11 au 14 juillet s’est déroulée, dans le superbe cadre du carrousel de Baronville, à 20kms de Chartres, la 23éme Université d’été de Renaissance Catholique dont le thème était : Sortir de la crise ? Près de 250 participants ont pris au sérieux la réflexion de Bossuet : « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes ». En effet si tout le monde s’accorde à observer que nous vivons une crise économique, financière et institutionnelle moins nombreux sont ceux qui discernent qu’il s’agit d’abord d’une crise morale, intellectuelle et spirituelle.

Dans une éblouissante conférence introductive, Michel De Jaeghere exposa l’œuvre de Synesios de Cyréne (en Libye) (370-415) dont l’action politique permit à l’Empire romain d’Orient de durer un millénaire de plus que son homologue d’Occident. Philippe de Villiers enthousiasma son auditoire par une magistrale conférence de deux heures, traitant de la manière dont Jeanne d’Arc restaura l’autorité royale. Quant à Philippe Pichot-Bravard il sut passionner l’assistance sur les mérites et des limites de la Restauration. La partie historique fut conclue par Philippe Conrad qui expliqua, avec une grande clarté, pourquoi et comment l’incontestable victoire française de 1918 déboucha 20 années plus tard sur la plus grande défaite militaire qu’ait jamais subie notre pays.

Au premier rang des éléments de la crise que subit la France il convient de mentionner la présence de plusieurs millions de personnes étrangères à notre culture et notre civilisation car d’origines musulmanes. Une rencontre avec Jean-Paul Gourévitch permit de dresser un état des lieux très factuel de l’islam et de l’immigration en France, ce qui servit de base, ensuite, à un débat très animé, mené par Jean-Pierre Maugendre, entre l’abbé Pagés auteur de Eléments pour un dialogue islamo-chrétien, Anne-Claude Ranson, présidente de l’association Eleutheros, pour le droit à devenir chrétien, et Pierre Cassen, président de Riposte laïque.

Notre civilisation est trop imprégnée de christianisme pour qu’une crise de l’Eglise n’ait pas des conséquences néfastes sur la société civile. Venu spécialement de Rome, le professeur de Mattei, avec la précision et la rigueur que chacun lui connaît, mit en évidence les origines intellectuelles et les conséquences possibles des récentes déclarations du cardinal Kasper sur l’accès des divorcés remariés à la communion.

Marie-Pauline Deswarte, sut livrer des pistes de réflexion sur les moyens de Restaurer la politique avant qu’un débat sur le thème Politique d’abord ?, dirigé par Xavier Fruleux, ne rassemble Bruno Gollnisch, Béatrice Bourges (Printemps Français) et Martine Dubois, collaboratrice de l’excellent ouvrage : Priorités éducatives.

Enfin appuyé sur de nombreux exemples, Jean-Yves Le Gallou dénonça La tyrannie médiatique qui cherche à empêcher le malade, qu’est notre société, de prendre conscience de la gravité de son état tout en lui interdisant les remèdes qui pourraient le remettre d’aplomb. Il revenait à Pierre de Lauzun dans une conférence de très haute tenue, qui suscita une multitude de questions, de livrer des pistes pour Surmonter la crise économique que nous vivons avant que Jean-Pierre Maugendre ne conclue cette université par une réflexion sur l’attitude à tenir face à la crise, les faux remèdes proposés, qui tiennent le haut du pavé, ayant à terme autant d’effets qu’un cataplasme sur une jambe de bois.

Mais au-delà des conférences cette UDT ce furent aussi des rencontres entre participants, avec les conférenciers, avec l’association Espérance-Banlieue qui a ouvert un collège à Montfermeil pour s’efforcer de faire aimer la France aux enfants issus de l’immigration, la visite de la cathédrale de Chartres ou du séminaire des barbelés, la finale de la coupe du monde de foot-ball, la projection du chef d’œuvre de Patrick Buisson sur Gustave Thibon : Il était une foi

De nombreux prêtres (Père Lecareux, chanoines Merly, Trauchessec et Jestin) étaient présents, assurant les offices liturgiques et étant à la disposition des participants pour des rencontres ou des confessions. La qualité des nombreux nouveaux conférenciers, le renouvellement de la consécration de Renaissance Catholique au Sacré-Cœur de Jésus, la publication d’un ouvrage de Mgr. Schneider, préfacé par le cardinal Burke, Corpus Christi. La communion dans la main au cœur de la crise de l’Eglise, l’augmentation sensible du montant de livres vendus par F.X. d’Hautefeuille de DPF, la diversité d’origine des participants, etc. sont des signes encourageants qui manifestent la vitalité de cette UDT qualifiée par un nouveau conférencier d’oasis de chrétienté. (Yves Amossé)