Correspondance européenne | 295, CE, Livre

Imprimer cette page

Livres: Le cardinal Pie de dom Martial Besse

pieVous découvrirez dans ce petit ouvrage la figure édifiante du Cardinal Pie (1815-1880), évêque de Poitiers. Dom Besse, bénédictin, y retrace sa vie et son action religieuse et sociale (Dom Martial Besse, Le cardinal Pie. Sa vie, son action religieuse et sociale, Introduction inédite par Jacques Jammet, Editions de Chiré, Chiré-en-Montreuil 2014, 144 pages, 16 euros). Cette nouvelle édition a été entièrement recomposée d’après celle de 1907 et augmentée d’un index des noms cités. 

« Il fut le héraut de la vérité catholique, le témoin incorruptible des droits de Jésus-Christ et de son Eglise – écrit Jacques Jammet dans l’introduction à son œuvre. – Personne n’a su assigner, avec plus de sûreté et de courageuse constance, aux maux dont souffrent la religion et la patrie, leur cause véritable : l’apostasie sociale de la France. L’autorité qui lui donnaient une connaissance approfondie de la doctrine chrétienne et un sentiment très net des pures traditions nationales, le mettait à même d’indiquer à ce grand mal son unique remède : le retour de la société à la foi des vieux âges ».

Saint Pie X disait de lui : «j’ai lu tout ce qu’a écrit le cardinal Pie : c’est mon maître…; et il en fit profiter toute l’Eglise en indiquant à sa suite les maux dont nous souffrons encore, et en exposant les remèdes». C’est lui qui laissera cette sentence célèbre : « La France sera chrétienne ou elle ne sera pas ! ». « Le but de la Révolution c’est l’anéantissement du christianisme public, le renversement de l’orthodoxie sociale. Détruire les derniers restes de l’antique édifice de l’Europe chrétienne, et, afin que la démolition soit définitive, abattre la clef de voûte autour de laquelle les derniers débris encore subsistants pourraient tôt ou tard se rapprocher et se rejoindre, voilà l’œuvre à laquelle les mille voix de l’impiété convient ouvertement notre génération ; voilà le travail de désorganisation auquel nous assistons … ». Un appel aujourd’hui – et plus que jamais sans doute – vibrant d’actualité ! (Marie Perrin)