Correspondance européenne | 301, États Unis

Imprimer cette page

États-Unis : les conséquences néfastes de la PMA

msb-logo2Aux États-Unis, Jennifer et Amanda, deux lesbiennes, ont acquis à la Midwest Sperm Bank une petite giclée du donneur 380, soit « un homme blanc aux yeux bleus », et se sont retrouvées mères d’une jolie petite Payton café au lait et cheveux crépus.

Bien sûr, elles aiment leur petite Payton, mais comme dit Jennifer : « Il est difficile d’élever une enfant noire dans une communauté blanche et conservatrice » comme celle de Uniontown, dans l’Ohio. Elles poursuivent donc la Midwest Sperm Bank en justice.

L’affaire est complexe. Au cinquième mois de grossesse, Jennifer veut acheter un petit frère pour Payton. Elle appelle la banque et passe commande : ce sera du 380, 100 % blanc, 100 % blond, et qui « ressemble à sa compagne ». Et c’est là que l’on découvre la méprise : Jennifer a été inséminée avec du 330. Un Afro-Américain.

Les deux mamans réclament alors à la banque du sperme 50 000 dollars de dommages et intérêts car, dans leur bourgade du Midwest « peuplée à 98 % par des Blancs », elles « craignent l’intolérance ».

Admettons que Jennifer et Amanda obtiennent gain de cause, imagine-t-on alors ce qu’une telle jurisprudence pourrait entraîner ?

En Espagne, où les « dons » rémunérés (sic !) se multiplient pour cause de chômage, un donneur de sperme peut obtenir 50 euros par prestation, une femme 1.000 euros pour un don d’ovocyte. Aux USA, un homme diplômé et bien musclé peut obtenir jusqu’à 3 000 dollars. Là-bas, le pays est divisé en zones et « un donneur ne peut engendrer “que” 25 enfants pour 800.000 habitants de sa zone ».

Dans un article du Monde paru fin 2013, un Canadien « donneur vocationnel » (c’est lui qui se nomme ainsi) confesse qu’en trois ans il a engendré 41 enfants « dont 38 issus de dons sauvages ». « Je chéris ma vocation de donneur », dit-il. Et quand on lui demande « Pourquoi un tel dévouement ? », il répond : « L’idée de rendre utile un sperme de bonne qualité et d’avoir de nombreux descendants portant mon code génétique me plaît et me procure un sentiment de fierté ».