Correspondance européenne | 318, Livre

Imprimer cette page

Livres : Oui, la France a un avenir

Oui, la France a un avenirStéphane Buffetaut, membre du Conseil économique et social européen (CESE), ancien député européen, nous offre un livre de réflexions politiques, sorti le 3 mars sous le titre optimiste Oui, la France a un avenir (Éditions du Rocher, Monaco 2016, p. 240, euro 18,90).

La présentation de l’ouvrage est pourtant sans illusion : « L’oligarchie politique, plus inquiète de sa réélection et de son image médiatique que du bien commun, n’a plus de vision d’avenir et les Français espèrent qu’un jour surgiront des hommes et des femmes d’État capables de sortir la France du déclin et de l’immobilisme ». Il est vrai que, dans ce déclinisme ambiant, il est permis d’en douter. Pour les uns, la France se suicide ; pour les autres, l’école ne joue plus son rôle de transmission ; pour certains, même, tout est perdu. Il est toujours plus simple de faire le constat d’une nation à la dérive et d’une civilisation décadente que d’offrir une alternative, une espérance, une ambition dans ce no man’s land politique et idéologique.

L’auteur, observateur et acteur aguerri de la vie politique, nous propose avec beaucoup d’érudition les fondations d’un vade-mecum politique conservateur. En 19 chapitres, il évoque des thèmes divers comme la place de la France dans l’Europe, de la notion de chef d’État, de l’importance de la famille, de l’immigration de masse et son corollaire l’islamisation, ainsi que des effets de la mondialisation…

Il jette les bases des grandes perspectives intellectuelles liées à la France et nous replace dans les fondamentaux de notre société. Il place l’action politique dans le solide, le tangible, loin de l’agitation médiatique qui perturbe la réflexion ou même, pire, des réseaux sociaux qui nous entraînent dans la superficialité du raisonnement. Il aspire à un renouveau de la classe politique avec des hommes ou des femmes plus passionnés à servir qu’à se servir, plus intéressés au bien-être des leurs qu’à leur vanité narcissique. « Un habile bonimenteur saura se faire élire. Saura-t-il pour autant passer du stade de politicien habile à celui d’homme politique courageux, responsable, soucieux du bien commun ? » (p. 36).

Car – et c’est toute la contradiction de la vie politique actuelle –, le peuple veut des élus qui passent bien, dans le vent, « médiatables », mais, tout en souhaitant un changement fort, ne supportent pas que leurs élus dévoilent les vérités et bousculent le ronron de la doxa télévisée.

Bien sûr, il ne s’agit pas d’un programme détaillé. Au contraire, l’auteur nous entraîne dans des réflexions historiques, culturelles, pragmatiques afin de dessiner les contours d’une base doctrinale qui manque cruellement à un courant de pensée qui ne se retrouve pas dans les analyses économiques et l’ouverture à gauche du Front national, ou qui n’adhère pas à l’hypocrisie politique des « Républicains », tout en restant ouvert au dialogue avec les deux.

Il offre aux nouveaux conservateurs français que nous sommes une boussole sur laquelle s’appuyer après des années de dérive et de destruction systématique, par le gouvernement, des bases de notre pays : la famille, les corps intermédiaires, l’armée, le travail, la culture, la chrétienté… Après ces années de combats et de manifestations, il est fondamental que les forces de bonne volonté attachées aux valeurs expriment les bases de l’avenir. Il faudra bien, à un moment, se retrousser les manches et reconstruire notre pays. C’est, finalement, l’ambition de ce livre qui souhaite susciter l’émergence d’un renouveau politique pour une renaissance de la France. (Fabien Bouglé)