Correspondance européenne | 326, Eglise catholique

Imprimer cette page

Le Pape François limoge les membres de l’Académie Pontificale pour la Vie

le Pape François limoge les membres de l’Académie Pontificale pour la VieUne nouvelle information sur la réorganisation du Saint-Siège nous parvient d’Allemagne où le site Katholisches.info, dirigé par Giuseppe Nardi, annonce que le 18 Novembre, la veille du Consistoire, le Pape François a décidé de réécrire les statuts de l’Académie Pontificale pour la Vie de façon à revoir essentiellement toute l’organisation. Voici un commentaire publié par Maike Hickson sur le site américain onepeterfive.

S’appuyant sur un rapport publié le 5 novembre 2016 par la version allemande de Radio Vatican, Nardi a publié les nouveaux statuts de l’Académie. L’archevêque Vincenzo Paglia avait été nommé nouveau président de ce Dicastère en août 2016, ce qui en soi avait déjà marqué un changement de direction pour l’Académie. Maintenant, comme le signale Nardi, avec ces nouveaux statuts, tous les membres actuels seront limogés et sera mis en place un nouveau groupe d’un maximum de soixante-dix membres. 

Comme le disent les nouveaux statuts, ces nouveaux membres seront nommés indépendamment de l’orientation religieuse. Comme le disent les statuts révisés :

« § 5 – Instructions et normes pour les membres

a) Les académiciens sont choisis, sans aucune discrimination religieuse, parmi des religieux, des religieux et des laïcs bien connus de diverses nationalités, qui sont experts dans les disciplines relatives à la vie humaine … »

Les nouvelles règles stipulent que les membres seront reconfirmés tous les cinq ans, ce qui signifie que les membres à vie de l’Académie devront être reconfirmés. Les nouvelles règles entreront en vigueur le 1er janvier 2017.

Selon Nardi, elles signifient trois choses: «la purge de tous les membres de l’Académie, l’élimination du serment [Jérôme] Lejeune (semblable au serment d’Hippocrate), et l’exclusion de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi ». Le serment de vouloir défendre la dignité d’une personne « de la conception à la mort (naturelle) » ne sera donc plus exigé des membres, souligne Nardi, qui explique en outre : avec la fin de l’année 2016, tous les membres de l’Académie perdront leur statut, même s’ils avaient été initialement appelés à ce poste pour toute une vie. Le 1er janvier 2017, le pape François sera entièrement libre de nommer une nouvelle série complète de personnes pour l’Académie. Ceci marquera bien la rupture d’une continuité qui était essentielle pour l’Académie depuis sa fondation en 1994.

Il est important à cet égard que plusieurs membres de l’Académie Pontificale pour la Vie aient été de puissants défenseurs de la doctrine catholique face à la révolution de François. Une personnalité catholique éminente telle que le professeur Josef Seifert – qui a écrit l’une des critiques les plus fortes, les plus miséricordieuses et les plus convaincantes de l’exhortation post-synodale Amoris lætitia – a lui-même été membre de cette institution papale et sera probablement remplacé par quelqu’un de plus indulgent à l’égard de la laxiste « doctrine de François ».

Il faut également noter que le mot « véritable ‘écologie humaine’ » apparaît dans les nouveaux statuts de l’Académie Pontificale pour la Vie – quoi qu’il signifie. Le « respect mutuel entre les sexes » doit bien sûr maintenant faire partie du nouveau programme. Comme si cela avait quelque chose à voir avec la défense de la vie.

Dans ce contexte, il est également important de garder à l’esprit que, sous le pape François, le thème de la défense de l’enfant à naître a perdu de son importance. Edward Pentin, très respecté expert du Vatican, a publié récemment un article révélant un fait troublant. Lors de l’élection américaine, le Vatican a favorisé le candidat démocrate Hillary Clinton, même si elle défend ardemment le « droit à l’avortement », c’est-à-dire, le soi-disant « droit » de tuer son propre enfant innocent. Comme l’a souligné Pentin : « Cependant, le Corriere della Sera a rapporté le 10 novembre que, selon ses recherches, la plupart au Vatican appuyaient Hillary Clinton comme le « moindre mal ». Trump, en revanche, a été considéré « non éligible » en raison de son « chauvinisme agressif », ainsi que de ses menaces de déporter 11 millions d’immigrants illégaux mexicains et d’interdire aux musulmans d’immigrer aux États-Unis ».

De plus, l’archevêque Paglia, toujours selon l’article susmentionné publié par Radio Vatikan, souligne maintenant l’importance d’apporter « de nouvelles impulsions » et de promouvoir un « renouvellement ». La Révolution de François suit donc son cours. Mais quand donc les catholiques du monde entier se réveilleront-ils et s’opposeront-ils à celui qui est à l’œuvre pour saper toujours davantage les fondements-mêmes de notre sainte foi catholique? (http://www.onepeterfive.com/pope-francis-dismisses-entire-membership-of-pontifical-academy-for-life/)