Correspondance européenne | CE

Imprimer cette page

Nous demandons la démission de Mgr Paglia et de Mgr Sanchez Sorondo

Parmi les épisodes qui ont fait scandale ces derniers temps chez les catholiques, deux font particulièrement de bruit : le premier est l’éloge démesuré que Mgr Vincenzo Paglia, président de l’Académie Pontificale pour la Vie, a fait de Marco Pannella, à l’occasion de la présentation, au siège du Parti Radical, de l’autobiographie posthume de ce dernier, “que l’esprit de Marc nous aide à vivre dans cette même direction”. Le second est l’intervention au Vatican, sur invitation de Mgr Marcel Sanchez Sorondo, du docteur Paul Ehrlich, un célèbre représentant de la “culture de mort” contemporaine. Le biologiste allemand et Marco Pannella ont ceci de commun que, tout comme le leader du Parti Radical, Ehrlich est un promoteur de l’avortement et un ennemi déclaré de l’Eglise catholique. Mais tandis que les déclarations de Mgr Paglia étaient improvisées, et un peu délirantes, l’invitation que Mgr Sanchez Sorondo a adressée à Ehrlich est bien une invitation formelle, en sa qualité de chancelier de l’Académie Pontificale des Sciences et des Sciences Sociales.

Sanchez Sorondo est, comme Paglia, un homme de confiance du pape François et « des milliers de personnes ont demandé au pape François de faire cesser ce scandale, qui malheureusement continue », a affirmé Maria Madise de l’association Voice of the Family, informant qu’une pétition de plus de 10 000 signatures avait été envoyée au pape François, pour lui demander d’empêcher Ehrlich de prendre part à la conférence au Vatican.

Comme le rapporte un communiqué de presse diffusé par Voice of Family, avec LifeSiteNews.com, la Fondation Lepanto et l’Association Famiglia Domani, Ehrlich est l’un des plus célèbres représentants du néo-malthusianisme et de l’avortement. En 1968, il a publié un bestseller, The Population Bomb, dans lequel il prophétise à l’avenir une dramatique surpopulation de l’humanité et préconise le contrôle forcé des naissances pour l’endiguer. Bien que ses prédictions aient été complètement démenties par les faits, Ehrlich continue à défendre l’avortement sélectif et la stérilisation de masse, comme légitime moyen de contrôle des populations. Ces idées ont été imposées par la force dans certains pays comme la Chine, l’Inde, le Kenya et d’autres et sont responsables de millions de morts et de non-nés. Dans une interview de Mara Hvistendahl, en 2011, Ehrlich continue à défendre l’avortement sélectif, en affirmant que « ce serait une bonne idée de laisser au peuple le droit de choisir, de sorte qu’ils aient peu d’enfants et qu’ils n’aient que ceux qu’ils veulent avoir”, expliquant que la sélection du sexe par l’avortement et même l’infanticide est un meilleur sort pour les femmes que celui qu’elles auraient dans un monde surpeuplé.

Dans un article de 2015, Ehrlich a dénoncé le catholicisme comme « dangereux » pour son opposition à la contraception et, la même année, il critiqua ouvertement Laudato Si’ du pape François, pour les passages où il s’oppose au contrôle des naissances. En 2014, il a déclaré : « Le pape et de nombreux évêques constituent un véritable mal et font partie des forces régressives de la planète, intéressés surtout, à mon avis, à sauvegarder leur pouvoir”.

John Henry Westin, du site LifeSiteNews.Com, affirme qu’en n’intervenant pas contre Ehrlich, « le pape François manque à son devoir de protéger la foi que le Christ a confié à l’Eglise » et il ajoute : « Dans une interview accordée à nos nouveaux services, Ehrlich nous a dit être “tout excité” par la direction que le pape François donne à l’Eglise catholique ».

L’invitation adressée à Ehrlich par le Vatican constitue donc un scandale qui augmente considérablement la confusion déjà existante dans l’Eglise. Et Mgr Sanchez Sorondo pense sans doute d’Ehrlich ce que Mgr Paglia a dit de Pannella: « C’est un homme d’une grande spiritualité »; « c’est une grande perte pour notre pays » et son « esprit continue à souffler ». Il fut l’« inspirateur d’une plus belle vie non seulement pour l’Italie, mais aussi pour notre monde, qui a besoin plus que jamais d’hommes qui sachent parler comme lui… je souhaite que l’esprit de Marc nous aide à vivre dans cette même direction » (on peut retrouver les citations sur you tube). 

Certains associations et journaux catholiques ont opportunément demandé que Mgr Vincenzo Paglia se démette de sa charge de Président de l’Académie pour la Vie et de Grand Chancelier de l’Institut Jean-Paul II pour les études sur le Mariage et la Famille. Pour des raisons analogues, nous demandons la démission de Mgr Marcel Sanchez Sorondo de sa charge de chancelier de l’Académie des Sciences et de l’Académie Pontificale des Sciences sociales.

Roberto de Mattei