Correspondance européenne | 363, Eglise catholique

Imprimer cette page

Église catholique : En silence, pour abattre le mur du silence !

Ci-après le texte du tract qui a été distribué lors de la manifestation silencieuse à Rome du 19 février 2019.

Nous sommes des fidèles catholiques, venus de toute l’Italie et du monde entier. Nous participons à cette manifestation à titre personnel ou au nom d’associations et de médias ayant en commun le même amour de l’Église, de sa doctrine et de ses institutions. Nous sommes réunis pour cet événement sous le nom de Acies Ordinata, une dénomination que la tradition de l’Église réserve à la Très Sainte Vierge Marie lorsqu’elle rassemble l’armée de ses fidèles et défait ses ennemis : terribilis ut castrorum acies ordinata (Cantique des Cantiques, 6,3, 6,9). Fils de l’Église militante, nous sommes ici pour professer publiquement notre foi catholique, mais aussi pour rompre le mur du silence. Le silence tombal des pasteurs de l’Église face à une crise doctrinale et morale sans précédent.

L’église San Silvestro in Capite, qui donne son nom à cette place, contient les reliques de la tête de saint Jean-Baptiste. Le précurseur du Messie fut réduit au silence par Hérode, mais sa langue muette continue à parler à nos cœurs. Nous sommes debout, de façon respectueuse et ordonnée, pour exprimer symboliquement la résistance de ceux qui ne plient pas face au silence.

Nous avons en main notre chapelet et lisons des textes de la tradition catholique car notre résistance se nourrit de notre prière et de nos lectures, convaincus que l’action ne se prépare que dans le recueillement.

Le sommet des présidents des conférences épiscopales, qui s’ouvre le 21 février en présence du Saint-Père, offre une occasion historique d’affronter non seulement le thème des abus sexuels sur les mineurs mais aussi le thème de la corruption morale, qui englobe toute violation de la loi divine et naturelle, à commencer par la terrible plaie de l’homosexualité.

Notre appel est un appel aux évêques afin qu’ils aient le courage de rompre le silence. Y aura-t-il un pasteur pour dire la vérité au Saint-Père ? L’Église n’a pas peur de la Vérité parce que l’Église annonce au monde la Vérité de Son Chef et Fondateur, Jésus Christ. C’est surtout à lui que nous nous adressons par cet acte symbolique : afin qu’en ces temps calamiteux, Il vienne au secours de notre faiblesse et, d’une seule Parole, sauve son Église.

Domine ne sileas (Ps 34,22). Seigneur ne reste pas silencieux !