Correspondance européenne | 381, Eglise catholique

Imprimer cette page

Grégoire et le coronavirus de son temps

Une aura de mystère entoure le Coronavirus, ou Covid-19, dont nous ne connaissons ni l’origine, ni les données réelles de diffusion, ni les conséquences possibles. Cependant, ce que nous savons, c’est que les pandémies ont toujours été considérées dans l’histoire comme des fléaux divins et que le seul remède que l’Église leur a opposé a été la prière et la pénitence.

Cela s’est produit à Rome en 590, lorsque Grégoire, de la famille sénatoriale de la gens Anicia a été élu pape avec le nom de Grégoire I (540-604).

L’Italie a été dévastée par la maladie, la famine, les troubles sociaux et la vague dévastatrice des Lombards. Entre 589 et 590, une violente épidémie de peste, la terrible luesinguinaria, après avoir dévasté le territoire byzantin à l’est et celui des Francs à l’ouest, avaient semé la mort et la terreur dans la péninsule et frappé la ville de Rome. Les citoyens romains ont interprété cette épidémie comme une punition divine pour la corruption de la ville.

La première victime de la peste à Rome fut le pape Pélage II, décédé le 5 février 590 et enterré à Saint Pierre. Le clergé romain et le sénat élirent comme successeur Grégoire qui, après avoir été praefectus urbis, avait vécu dans sa cellule monastique sur le mont Coelius. Après avoir été consacré le 3 octobre 590, le nouveau pape fit immédiatement face au fléau de la peste. Grégoire de Tours (538-594), contemporain et chroniqueur de ces événements, dit que dans un sermon mémorable prononcé dans l’église de Sainte Sabine, Grégoire avait invité les Romains à suivre, contrits et pénitents, l’exemple des habitants de Ninive: «Regardez autour de vous: voici l’épée de la colère de Dieu brandie sur tout le peuple. La mort subite nous arrache du monde, presque sans nous donner une minute de temps. En ce moment même, oh combien sont pris par le mal, ici autour de nous, sans même pouvoir penser à la pénitence».

Le pape exhorta donc à se tourner vers Dieu qui permet des châtiments si grands afin de corriger ses enfants et, pour apaiser la colère divine, il ordonna une “litanie septique”, c’est-à-dire une procession de toute la population romaine, divisée en sept groupes, selon le sexe, l’âge et l’état. Les processions partaient des différentes églises de Rome pour se diriger vers la basilique du Vatican, accompagnant le voyage par le chant des litanies. C’est l’origine des soi-disant grandes litanies de l’Église, ou rogations, avec lesquelles nous prions Dieu de nous défendre contre les adversités. Les sept processions parcouraient les rues de la Rome antique, pieds nus, à un rythme lent, la tête couverte de cendres. Alors que la multitude parcourait la ville, immergée dans un silence sépulcral, la peste atteignit le point de rage et, en l’espace d’une heure, quatre-vingts personnes tombèrent à terre mortes. Mais Grégoire ne cessa pas un instant d’exhorter le peuple à continuer de prier et voulut que le tableau de la Vierge conservé à Sainte Marie Majeure et peint par l’évangéliste saint Luc fut porté en tête de la procession (Grégoire de Tours, Historiae Francorum, liber X, 1 , dans Opera omnia, édité par JP Migne, Paris 1849 p. 528).

La légende dorée, de Jacopo da Varazze, qui est un recueil des traditions transmises depuis les premiers siècles de l’ère chrétienne, raconte qu’à mesure que l’image sacrée avançait, l’air devenait plus sain et plus clair et les miasmes de la peste dissous, comme s’ils ne pouvaient supporter sa présence. On avait atteint le pont qui relie la ville au mausolée d’Hadrien, connu au Moyen-Âge sous le nom de Castellum Crescentii, quand tout à coup un chœur d’anges se fit entendre chanter: «Regina Coeli, laetare, Alleluja – Quia quemmeruisti portare, Alleluja – Resurrexit sicut dixit , Alléluia!». Gregoire répondit à haute voix: «Ora pro nobis rogamus, Alleluja!». Ainsi naquit le Regina Coeli, l’antienne avec laquelle, à Pâques, l’Église salue Marie pour la résurrection du Sauveur.

Après la chanson, les Anges se disposèrent en cercle autour de l’image de la Vierge et Grégoire, levant les yeux, vit au sommet du Château un Ange qui, après avoir séché l’épée ruisselante de sang, la plaçait dans le fourreau, en signe de l’arrêt du châtiment. «Tunc Gregorius vidi super Castrum Crescentii angelum Domini qui glaudium cruentatum detergens in vagina revocabat: intellexit que Gregorius quod pestisilla cessasset et sic factum est. Unde et castrum illud castrum Angels deinceps vocatum est». Grégoire comprit alors que la peste était finie et c’est ce qui se produisit: et ce château fut désormais appelé le Château de l’ange (Iacopo da Varazze, Legenda aurea, édition critique éditée par Giovanni Paolo Maggioni, Sismel-Edizioni del Galluzzo, Florence 1998, p. 90).

Le pape Grégoire I a été canonisé et proclamé Docteur de l’Église, et est entré dans l’histoire avec l’appellatif de “Grand”. Après sa mort, les Romains ont commencé à appeler la Mole Adriana “Castel Sant’Angelo” et, en mémoire du prodige, ont placé la statue de saint Michel, chef des milices célestes, au sommet du château, en train de rengainer l’épée. Aujourd’hui encore, au Musée du Capitole, il y a une pierre circulaire avec les empreintes des pieds qui, selon la tradition, auraient été laissées par l’Archange quand il s’arrêta pour annoncer la fin de la peste. Même le cardinal Cesare Baronio (1538-1697), considéré comme l’un des plus grands historiens de l’Église pour la rigueur de ses recherches, confirme l’apparition de l’ange au sommet du château (Odorico Ranaldi, Annali ecclesiastici tratti da quelli del cardinal Baronio, 590, Appresso Vitale Mascardi, Rome 1643, p. 175-176).

Nous constatons seulement que si l’Ange, grâce à l’appel de saint Grégoire, a rengainé l’épée, cela signifie qu’elle avait été dégainée auparavant pour punir les péchés du peuple romain. Les Anges sont en effet les exécuteurs des châtiments divins des peuples, comme le rappelle la vision dramatique du Troisième Secret de Fatima qui nous exhortant à nous repentir: «un Ange avec une épée de feu à la main gauche ; elle scintillait, émettait des flammes qui paraissaient devoir incendier le monde ; mais elles s’éteignaient au contact de l’éclat que, de sa main droite, Notre-Dame faisait jaillir vers lui : l’Ange, désignant la terre de sa main droite, dit d’une voix forte : “Pénitence, Pénitence, Pénitence !”»

La propagation du coronavirus a-t-elle un rapport avec la vision du troisième secret? L’avenir nous le dira. Mais l’appel à la pénitence reste la première urgence de notre temps et le premier remède pour assurer notre salut, dans le temps et dans l’éternité. Les paroles de saint Grégoire le Grand doivent encore résonner dans nos cœurs: «Que dirons-nous des terribles événements dont nous sommes témoins sinon qu’ils prédisent une colère future? Alors pensez chers frères, avec une extrême attention à ce jour-là, corrigez votre vie, changez vos habitudes, domptez les tentations du mal avec toutes vos forces, punissez avec des larmes les péchés commis» (Homélie sur les Évangiles, dans Il Tempo di Natale nella Roma di Gregorio Magno, Acqua Pia Antica Marcia, Rome 2008, pp. 176-177).

Ce sont ces mots, et non le rêve de l’Amazonia felix, dont l’Église aurait besoin car elle apparaît aujourd’hui comme la décrivait saint Grégoire à son époque: «Un vieux bateau terriblement déchiré; en fait partout les vagues entrent et les tables pourries, secouées par la violente et quotidienne tempête, prédisent le naufrage» (Registrum I, 4 à Ioann. episcop. Constantinop). Mais alors la Divine Providence éleva un timonier qui, comme le dit saint Pie X, «savait non seulement toucher le port mais aussi protéger le navire des futures tempêtes» (Encyclique Jucunda sane du 12 mars 1904). (Roberto de Mattei)