Correspondance européenne |

Imprimer cette page

Homosexualité : le verset « oublié » dans “Laudato si’” pourrait intéresser le synode

sandro Magister(leblogdejeannesmits.blogspot.it) Un père du synode resté anonyme relisait très récemment l’encyclique Laudato si’ pour mieux préparer les semaines qui s’annoncent. Le vaticaniste Sandro Magister raconte aujourd’hui sur son blog que ce père s’est alors rendu compte d’une curieuse omission. Il manque un verset de la Bible sur l’homosexualité.

Je laisse la parole à Sandro Magister :

« Dans le deuxième chapitre de l’encyclique, celui qui s’intitule “L’Evangile de la création”, et qui s’ouvre sur une timide question au lecteur : “Pourquoi inclure dans ce texte, adressé à toutes les personnes de bonne volonté, un chapitre qui fait référence à des convictions de foi ?”, le pape François commence par rappeler la création de l’homme et de la femme “à l’image et à la ressemblance de Dieu” ; il continue avec la manière dont Dieu confie à l’homme la garde de tous les autres êtres créés, et un peu plus loin, au paragraphe 68, il écrit :

“Cette responsabilité vis-à-vis d’une terre qui est à Dieu implique que l’être humain, doué d’intelligence, respecte les lois de la nature et les délicats équilibres entre les êtres de ce monde, parce que ‘lui commanda, eux furent créés, il les posa pour toujours et à jamais sous une loi qui jamais ne passera’ (Ps 148, 5b-6). C’est pourquoi la législation biblique s’attarde à proposer à l’être humain diverses normes, non seulement en relation avec ses semblables, mais aussi en relation avec les autres êtres vivants.” »

C’est ici que le pape cite le Deutéronome : « Si tu vois tomber en chemin l’âne ou le bœuf de ton frère, tu ne te déroberas pas […] Si tu rencontres en chemin un nid avec des oisillons ou des œufs, sur un arbre ou par terre, et que la mère soit posée sur les oisillons ou les œufs, tu ne prendras pas la mère sur les petits. » (Dt 22, 4.6)

Les points de suspension dans l’extrait cité signalent une omission : celle du verset 5. Magister note que le précepte « sauté » est très « politiquement incorrect » :

« Une femme ne prendra point un vêtement d’homme, et un homme ne prendra point un vêtement de femme, car celui qui le fait est abominable devant Dieu. »

Sandro Magister note que ledit père du synode à mis un marque-page dans sa Bible, et qu’il compte bien citer le verset lorsqu’on en viendra à discuter des relations homosexuelles.

S’il y a omission, on ne peut pas parler d’escamotage ; les deux versets que cite Laudato si’ ont un rapport évident avec le thème de la sauvegarde et du respect de la création… Le verset 5 eût été hors sujet…

Quoique. S’il se trouve là, entrecoupant une série de préceptes sur l’accueil de l’étranger et de respect de la vie et de la nature, ce n’est sans doute pas sans raison. Il s’agit de respecter l’ordre voulu par Dieu ; un ordre de charité et de justice. Cela suppose que tout soit à sa place.

Comme dit à de multiples reprises le pape François dans Laudato si’ : « Tout est lié ! »