- Correspondance européenne - https://www.correspondanceeuropeenne.eu -

L’horrible crèche de la place Saint-Pierre

Le Pape François ne cesse d’étonner, de choquer et de scandaliser. La crèche 2020 de la place Saint-Pierre, en céramique des Abruzzes, aussi horrible que désacralisante de la nativité de Notre-Seigneur Jésus, a indigné beaucoup de gens. Sur les réseaux sociaux, cette « œuvre » de très mauvais goût a provoqué un flot de commentaires indignés et parfois irrités. Ces nombreuses réactions négatives, dans lesquels beaucoup associent les considérations religieuses-artistiques à la dérive destructrice de l’Eglise, ont attiré l’attention de la plupart des médias sur cette épouvantable « crèche » donnée au Pape François et inaugurée le 11 décembre dernier par le Cardinal Giuseppe Bertello et Mgr Fernando Vérgez Alzaga, respectivement Président et Secrétaire Général du Gouvernorat de l’Etat de la Cité du Vatican.

Cependant, même si des nouvelles déconcertantes nous arrivent presque quotidiennement du Vatican, il y a aussi d’heureuses initiatives, et cette coexistence ne fait que créer confusion et étonnement. A ce propos, on peut prendre l’exemple de la crèche de place Saint-Pierre : sur la même place, mais sous la colonnade du Bernin, du 13 décembre au 10 janvier, on peut visiter l’Exposition Internationale « Cent crèches au Vatican », qui cette année a été exceptionnellement organisée en plein air en raison de la crise sanitaire. L’exposition, dont c’est la troisième édition, compte des compositions artisanales uniques en provenance du monde entier, des œuvres de toutes tailles, statiques et en mouvement, réalisées avec différents matériaux. On peut lire dans le communiqué du Conseil Pontifical pour la Nouvelle Evangélisation, qui a organisé cette exposition : « Chacun pourra s’arrêter pour admirer la beauté de tant de crèches de différentes parties du monde, et comprendre combien d’amour et d’imagination ont été nécessaires pour réaliser la crèche ». Il s’agit surtout de crèches traditionnelles qui sont donc belles, catéchétiques, authentiques dans leur message de Noël. Pourquoi, alors, la crèche la plus en vue de la place, la crèche monumentale, papale et acatholique doit cohabiter avec de véritables crèches ?

Aux yeux du monde entier, on propose donc des sarcophages égyptiens, des martiens, des aliens ou des monstres ? Les « artistes » des Abruzzes ont donné le meilleur d’eux-mêmes pour exprimer l’esprit indécent de l’art contemporain. Les figures horribles ont été réalisées par les élèves et les professeurs de l’Institut des Arts « F.A. Grue », l’actuel lycée artistique d’Etat pour le design qui, dans la décennie 1965-1975, avait consacré l’activité didactique au thème de Noël. Ainsi, cette pseudo crèche est arrivée de Castelli, dans la province de Teramo. Si saint François d’Assise, l’inventeur de la représentation de la crèche catholique, était encore vivant, il en serait non seulement affligé, mais aussi choqué et en demanderait la suppression immédiate.

Sur la place au cœur de la Chrétienté, n’ont été exposées que certaines pièces de la collection composée de 54 statues que l’on a placées sur une plateforme lumineuse d’environ 125 mètres carrés autour de l’obélisque. Au milieu, au sommet de la plateforme, est placé le groupe de celle qu’on définit la nativité, mais de façon sacrilège et ignominieuse : il s’agit, en fait, de terribles doublures de la Sainte-Famille, de l’Ange et des Rois Mages. Et Vatican news en parle comme d’« un signe d’espoir et de confiance pour le monde entier » exprimant « la certitude que Jésus vient parmi son peuple pour le sauver et le réconforter ». C’est vrai : le Divin Enfant vient parmi nous pour nous sauver, mais de quoi ? Des péchés, erreurs, mensonges, tromperies et moqueries infligés à la foi catholique, telles que ces indigestes représentations données cette année au Pape François et exposées au ridicule de ceux qui pensent et savent encore ce qu’est la crèche. (Cristina Siccardi)