Ukraine : interview à l’Ambassadeur de Pologne auprès du Saint-Siège

Ukraine : interview à l’Ambassadeur de Pologne auprès du Saint-Siège
Print Friendly, PDF & Email

En ces jours terribles, qui ont profondément secoué l’Ukraine dans un deuil et une dévastation sans fin, la Pologne a immédiatement agi sur le plan humanitaire pour être en première ligne dans l’accueil des réfugiés fuyant la guerre. 

Cela a été souligné non seulement par les médias avec les reportages de différents correspondants, mais aussi par le Pape François qui, le 2 mars dernier, a remercié et loué l’aide noble et désintéressée offerte rapidement par le peuple polonais face à l’exode des femmes et des enfants, désormais privés de tout, épuisés et cherchant refuge. Et pourtant, il y a eu quelques notes discordantes…

Afin de connaître exactement l’aide apportée par la Pologne aux réfugiés ukrainiens, nous avons interrogé Son Excellence Janusz Andrzej Kotański, ambassadeur de la République de Pologne auprès du Saint-Siège.

Votre Excellence, commençons par les chiffres : combien de réfugiés ukrainiens la Pologne a-t-elle accueillis à ce jour ?

À ce jour, la Pologne a accueilli près de 1,2 million de personnes. La majorité sont des Ukrainiens, bien sûr, mais au total, plus de 170 pays ont été enregistrés.

Comment avez-vous structuré l’accueil et l’aide, pour aider toutes ces personnes qui fuient leur pays ?

Il est important de souligner la détermination sans précédent du gouvernement et de la société polonaise. Pratiquement toutes les structures étatiques et locales et – en ce qui concerne les structures ecclésiastiques – toutes les paroisses sont impliquées dans l’accueil des réfugiés. D’une part, l’aide consiste à fournir des lits : les réfugiés sont logés soit dans des structures appartenant à l’État, aux administrations locales et à l’Église, soit dans des maisons privées. Jusqu’à présent – un cas sans précédent – aucun camp de réfugiés n’a été mis en place, qui ont été créés lors d’autres crises migratoires.

Rappelons que l’ampleur de la crise et le rythme de l’afflux de réfugiés sont absolument sans précédent. D’autre part, nous sommes confrontés à une explosion de toutes sortes de collectes d’argent et de matériel pour les réfugiés arrivant en Pologne et pour les personnes restées en Ukraine. Dans le même temps, l’État a réagi très rapidement, en commençant à travailler sur les règlementations qui permettront d’introduire des solutions systémiques, telles que l’indemnisation des réfugiés ou des facilités dans les règlementations, par exemple en ce qui concerne l’emploi sur le marché du travail polonais, les soins médicaux ou les études gratuites. Les réfugiés recevront également un code fiscal polonais afin de faciliter toutes les formalités.

Depuis le début de la crise migratoire, les réfugiés arrivant d’Ukraine peuvent voyager gratuitement sur les chemins de fer polonais. Il est également important que les enfants – de l’école maternelle au lycée – aient la possibilité d’étudier avec de jeunes Polonais et de recevoir des soins psychologiques spécialisés après les expériences traumatisantes qu’ils ont subies. Après tout, prendre soin des femmes et des enfants est une caractéristique polonaise. Il va sans dire que ces règles d’aide s’appliquent à tous les réfugiés, quelle que soit leur nationalité. 

Il est rapporté que des bâtiments gouvernementaux ont également été mis à la disposition des réfugiés ukrainiens, est-ce vrai ?

C’est exact. À l’initiative du couple présidentiel, les réfugiés ont été hébergés, par exemple, dans les résidences du président de la République de Pologne à Wisła et Hel.

Le lien entre la Pologne et l’Ukraine a de profondes racines historiques, il n’est pas né aujourd’hui… 

Les liens historiques entre la Pologne et la nation ukrainienne sont très étroits et leurs origines remontent aux Xe et XIe siècles, lorsque la Pologne, gouvernée par la dynastie des Piast, et la Rus’ de Kiev entretenaient des relations mutuelles. Dès le XIVe siècle, une partie des terres appartenant à l’Ukraine actuelle a fait partie du royaume de Pologne. Au cours des siècles suivants, la Confédération de deux Nations, la Pologne et la Lituanie, atteint l’extrême est du Dniepr et la langue ruthène, c’est-à-dire “l’ancêtre” de l’ukrainien, et la foi orthodoxe jouirent d’une grande liberté. 

À une époque plus moderne, les Ukrainiens ont formé la plus grande minorité nationale pendant la période de la Seconde République polonaise (1918-1939). L’un des cofondateurs de la Pologne indépendante, Józef Piłsudski, après la Première Guerre mondiale, favorable à la création d’un État ukrainien, s’allie à Symon Petljura, chef de la République populaire d’Ukraine, qui sera ensuite incorporée à la Russie bolchevique en 1920. Il y a aussi des pages sombres dans l’histoire de l’un et de l’autre, liées à la période de la Seconde Guerre mondiale et aux massacres de Polonais à Volinia, les blessures n’ont pas complètement guéri. Toutefois, malgré ces expériences difficiles, la Pologne soutient aujourd’hui l’Ukraine et soutient sans équivoque le droit de l’Ukraine à sa propre souveraineté, indépendance et intégrité territoriale. Nous pensons que l’invasion russe de l’Ukraine est un acte de barbarie absolue et une violation de toutes les normes et du droit international. Aujourd’hui, nous devons montrer à l’Ukraine, qui se bat pour les vraies valeurs du monde libre, tout le soutien possible.

Abbonaz-vous à CE

Inscrivez-vous pour recevoir toutes les actualités

Nous vous enverrons notre newsletter hebdomadaire entièrement GRATUITE.